Tag Archives: Jugist

Ce Dimanche 22 décembre, deuxième dimanche après l’AG du GSVO nous sommes cinq à nous retrouver au Carrouf pour 10h: Paulo, Joël, Daniel, Régis, Alain. Comme le soleil doit aussi briller au parking d’Anglas (aussi celui des grimpeurs pas nombreux à cette heure) nous allons y préparer nos charges spéléo (sherpa) et prenons le café offert par Régis! Riki et le fiston Joan nous rejoignent rapidement directement au parking.

Birgit et  François se dévouent pour le portage plongée à Maddalen et ne pourront donc pas nous rejoindre. Le ciel est clair et la gelée blanche persiste. Nous voilà partis vers les Jugist’s. Joan traîne les pieds et a froid dans ses bottes. Pas étonnant la boue est encore gelée. Mais à mis parcours de la petite grimpette l’effort et le soleil retrouvé nous ont tous réchauffé . Riki, Daniel vont montrer à Joan les porches de Malarode. Le reste de la troupe poursuit directement vers «Mandela». On s’équipe. Régis plus rapide et motivé descends rapidement reprendre la désob. Je le suis pour aller l’assister. Joel et Paulo nous rejoindrons tranquillement en faisant la topo de ce puits. Notons que la chauve-souris qui était proche de l’entrée le dimanche précédent et s’était réveillé est cette fois bien endormie et suspendue dans un petit balcon un cran plus bas. Je prend aussi le temps d’observer toutes les coulées et diverticules possibles même s’ils ont déjà été inspectés lors des séances précédentes. Pour moi c’est ma première descente dans ce puits.

Bien avant mon arrivé au dernier fractio j’entends déjà le perfo tourner à plein régime. Je pose à peine mes affaires au fond du puits et les trois nouveaux trous autour de la lucarne sont déjà près pour recevoir leur offrande individuelle, offrandes que je tends en bon assistant à Régis. Nous remontons au dessus à l’abri des prophéties de la pythie. Elle a peu parlée: le présage reste décevant et a été étouffé dans la calcite. De plus le courant d’air ne dissipe que très peu les brumes. Nous devons terminer à la pointrolle et à la masse. Régis parviens à passer la tète dans la lucarne: ça n’a pas l’air de continuer en bas ou alors en siphon dans une flaque. Mais il faut passer pour vérifier s’il n’existe pas de suite en plafond. Je reprend les instruments manuels et après décollement supplémentaire de quelques plaques de calcite je peux enfin passer à l’aise. Paulo et Joël sont arrivés pendant ce temps aussi en bas à la lucarne. Le l’autre coté de la lucarne les pieds dans la flaque (bien colmatée sans siphon) je constate que la mini cheminée communiquer avec la fin du puits précédent. Régis passe à son tour et confirme (il reconnaît les concrétions vues par en haut).

Bon on range tout et remontons déçus, dans l’ordre Paulo, Régis, Alain. Joêl déséquipe en défaisant les noeuds en prévision peut être du Jugist à descendre. Dommage il devra replacer provisoirement le fractio du bas. Et oui la boite à forets s’est échappée du kit. Mais cette fois elle ne s’est pas fichée dans une fissure ou méandre inaperçu et souffleur.

 Pendant tout ce temps Daniel Riki Joan sont aller nettoyer les débris au fond de Jugist 3. Et sont revenus nous voir. Il est temps à Riki et Joan de rentrent à la maison.

Déçu de cet arrêt forcé dans «Mandela» je conseille aux autres d’aller voir le fond de Jugist «historique» que seuls François et moi étions aller inspecter dimanche dernier.

Cette fois Joël Régis puis Paulo s’y collent (c’est terreux). Je reste en surface à papoter avec Daniel lorsqu’il ne part pas fouiner. Nous avons aussi la visite de chiens de chasse puis d’un des propriétaires. Nos explorateurs remontent du fond pas totalement déçu et pense qu’il faudrait y revenir tenter d’élargir un début de méandre. Léger courant d’air…

salamandre verte.resizedTriton marbré (Triturus Marmorata)

Mais on me signal la présence d’une salamandre dont la description me semble ne pas correspondre avec celles prises en photos le WE dernier. Je descends prendre la photo interrompant la remontée de Joël (il nous racontera une fois aux voitures une conversion approximative de sa part mais pas de peur). Première fois que j’admire une telle salamandre verte avec une échine à points rouges. Voilà ce dernier passage au Judist «historique» avant la tombée de la nuit nous redonne le moral et un objectif pour…. le jeudi entre les fêtes et peut être d’autre rendez vous du dimanche au carrouf.