Author Archives: Patricia Desmonts

Sur les indications de Mr Cazaméa, nous nous sommes rendus sur place, le 10 juillet 2016, en sa compagnie. L’entrée sympathique nous emplit d’espoir mais déception après un puits de 15 m environ, pas de suite, tout est bouché. A noter encore l’incivisme de certains puisque le fond du puits est jonché de poubelles !!!

En fin d’année 2014, Patrice Dumontier,  terminant les fouilles sur la cavité sépulcrale de Bordedela 2, a fait appel au GSVO afin d’intervenir sur la prospection d’un petit puits à proximité du volume fouillé.

Lors du chantier archéologique, l’enlèvement de pierres mobiles a permis de dégager l’ouverture d’un puits de 0.80 m sur 0.35 m de côté et de 3 m de profondeur. La difficulté, dans un premier temps,  fut d’enlever une dalle oblique réduisant en partie le diamètre d’accès au puits. Polo et Régis ont réussi à fracturer la dalle en 2 gros blocs qui furent évacués avec succès d’un boyau relativement étroit.

Régis est ensuite descendu afin de vérifier la présence d’ossements ou autres éléments sur la base du puits de 1.60 m sur 1.40 m . Dans la peau d’Indiana Jones, il a pu récupérer de petits vestiges osseux dans le pierrier. Parmi les éléments remontés un fragment de menton adulte, une côte G d’enfant, un quart médial de clavicule d’adulte, 5 fragments de côtes.

Les vestiges osseux trouvés dans la cavité attenante au puits appartiennent à l’homme et à plusieurs espèces animales. La présence d’ossements humains dans une cavité aussi étroite est étonnante car l’espace réduit ne se prête pas au dépôt d’un cadavre. Comme le souligne Patrice Dumontier dans son rapport, peut-être s’agit-il d’un lieu de dépôt funéraire secondaire.

En tout cas une belle collaboration entre spéléologie et archéologie sur un site qui a révélé des vestiges osseux humains, de faune et de céramique datant du Néolithique final.

Patricia DESMONTS

Salut à tous,

Après 3 ans de dur labeur, les 3 compères indissociables d’Igass, Daniel ,Régis, et moi passons enfin dans quelque chose de prometteur ! Avant d’aller plus loin dans le récit, j’intègre à cette première une nouvelle recrue, Valérie Perlein, qui a énormément contribué à l’avancement de la désobstruction et qui,  malheureusement, était absente le jour J.
A coup de piochon, pelles, seaux,  au sein d’un réseau plus qu’étroit,  la fine équipe est arrivée enfin à quelque chose de prometteur. Régis,  donnant les derniers coups de piochon,  ne peut s’empêcher de jeter des coups d’oeils furtifs au-delà de l’étroiture en répétant :
-  « Ouais, ça sent bon,  ça sent l’actif ! »
Paroles magiques qui,  en 2 temps 3 mouvements,  rendraient la vue à  un régiment de taupes ! En effet, réseau actif car, passés de l’autre côté, on découvre l’entrée de la conduite forcée de 2 m de haut sur 3 m environ ! Une roche brillante, usée et sculptée par la force de l’eau, spectacle magique et troublant à la fois. L’émotion m’étreint non seulement devant le travail  d’érosion des siècles passés mais aussi parce que nous,  petits grains de sable,  nous avons pu arriver jusque là dans les entrailles d’Igass et admirer ces forces de la nature.
Après le passage de l’arche rocheuse, une pente assez raide nous conduit sur plusieurs petites arrivées d’eau pas vraiment exploitables.
Peut-être une faille en contrebas mériterait-elle qu’on la taquine avec quelques pailles mais,  avant d’aller plus avant,  je pense que priorité doit être donnée maintenant à la topographie du réseau afin de repérer tous les différents axes sous terre et en surface.
Les petites mains ayant œuvré tout l’été, à vous de jouer maintenant Grand Maître Ichas !

Bises à tous
Patricia DESMONTS

 

Igass eau1_1

Régis, Polo, Daniel et moi sommes allés rendre une petite visite à Igass.

Après la première étroiture, une sympathique baignoire nous attendait !

Après quelques seaux, l’appel du large étant le plus fort, notre courageux Polo se jetait à l’eau.

Non moins courageux, Régis le fougueux,  s’engageait également pour aller vérifier l’état du siphon un peu plus loin.

Les désobstructions précédentes sont réduites à néant, les infiltrations d’eau ont entrainé à nouveau du sable dans le boyau et tout est à refaire !

Cette visite nous permet néanmoins d’agrandir un peu plus un troisième axe en attente,  aux sons du perfo et de la paille chantante.

Voili, voilà,  la prochaine visite se fera sans doute avec mon fidèle compagnon Daniel, afin de vérifier l’efficacité des pailles et de nettoyer tout ça pour avancer encore et toujours.

Pat

Nous voici doté d’un site digne de ce nom grâce aux talents du Maître Ichas !

Bravo, il va falloir désormais en faire des explos, des randos, des gâteaux, des cadeaux…………….oups !,  (pardon,  je me suis laissée emporter par la rime),  afin d’alimenter toutes ces pages vierges.

Au boulot !

Bises à tous et bonnes fêtes.

Pat