Monthly Archives: décembre 2015

You are browsing the site archives by month.

La veille du réveillon, Paulo et Régis sont allés titiller la dalle qui obstrue le méandre fossile dans Labat. La dalle est en morceaux mais cela ne passe pas encore, il faudra encore plus fragmenter! L’opération a montré que le courant d’air était aspirant ce jour-là. Désobstruction à poursuivre !

Info recueillie par Alain G lors du réveillon … il faudra surement corriger!

Lors de notre AG 2015 Joël et Jean Louis nous signal qu’ils ont retrouvé dans le coin du Mail (prés de la cabane de Coucouilla) un trou souffleur et que cela serait motivant pour le GSVO de retourner dans ce coin y faire de la prospection et de la désobstruction. Comme nous sommes plusieurs à vouloir se retrouver et plutôt au soleil, nous convenons samedi par tel  d’aller y faire un tour le dimanche 20 décembre. Ce dimanche matin nous sommes quatre (Joël, Alain , Brigitte et Paulo) au parking du Carrouf et partons retrouvez rapidement au parking du col de Castet Régis, Carine, Raymond et Véronique qui nous attendent déjà. On se regroupe dans deux voitures pour s’avancer sur la piste jusqu’au début du sentier qui monte dans le vallon de Lousta. De nombreux 4×4 ou utilitaires de chasseurs sont déjà stationnés (une battu est en cours, mais ne les apercevrons pas de la journée). Au pas de Lousta nous admirons l’entrée de la cavité du même noms (un -180m exploré il y a …? par le GSVO). Nous bifurquons sur la première cabane (l’ancienne) et nous approchons tout du suite du trou souffleur repéré la semaine précédente par Joël et Jean Louis (ce dernier absent aujourd’hui pour être nounou). Il est déjà 11h mais comme personne n’a prévu l’apéro nous décidons de plusieurs ateliers. Les plus courageuses, Brigitte Carine et Véronique se décident pour admirer la vue au sommet du Mail; Régis et Alain descendent dans ce trou souffleur (vraiment souffleur!) pour inspecter le fond (déjà vu par Joël) et pour éventuellement désobstruer avec pied de biche et massette; les autres Paulo Raymond et Joël fouinent dans les environs. Bon, au fond il reste un petit courant d’air non négligeable qui sort d’entre les cailloux (orifice de 20×20 cm) au bas de la faille où régis s’est glissé. Nous dégageons quelques cailloux mais cela reste trop exigu pour être efficace. Nous reviendrons avec autre chose qu’une massette et un pied de biche! En sortant il est 12h Paulo et Alain décident de grignoter. Raymond et Joël partis prospecter semblent avoir trouvé quelque chose. Régis part les rejoindre.

A son tour Régis trouve un autre trou souffleur. Paulo et moi rejoignons Régis et Joël travaillant autour du nouveau trou souffleur, petit triangle de 15 x 20 x 20 cm dans l’herbe rase de la pente. Comme nous sommes déjà 4 à nous acharner à tour de rôle sur cette petite désob, Raymond continue à prospecter par derrière dans les bois. Notre désob reste laborieuse avec juste un pied de biche et un marteau, il faut dé-sceller caillou après caillou, les gros et les petits. Certains sont joints par de la calcite suivant un même axe de fracture. Mais le courant d’air est toujours là, tout frais. Entre temps les filles reviennent de leur belle ballade: montée sommet du Mail. C’est donc l’heure du pic nique pour les retardataires. Raymond revient: non loin d’une petite barre il à trouvé un passage entre blocs avec un volume à aller inspecter, mais seul il a préféré ne pas s’y glisser! Même si il n’y a pas de courant d’air Raymond fini part convaincre Alain, Joël et Véronique d’aller y regarder de plus près. Je parviens à me glisser entre les 2 gros blocs (ressaut de 1m50) et me retrouve dans un petit volume constitué au sol d’un sous tirage de graviers et cailloux hétérogènes et au dessus de ma tête de gros blocs qui protège l’ensemble. Dans le sous tirage je déplace quelques cailloux pour apercevoir des petits vides entres gros blocs mais pas le moindre courant d’air. De l’autre coté de l’entrée au delà d’un monticule un autre soutirage plus prometteur sera peut être à aller voir après creusement de ce monticule (je ne passe pas pour le moment). Mais l’absence de courant d’air classe cet exploration bien sous la pile des futurs objectifs mais à retenir dans les mémoires!.

Nous revenons à la désob du petit trou à courant d’air qui est déjà bcp plus grand. Bravo Régis et Paulo. Il y  existe un vide mais un gros bloc empêche encore d’y voir clair. Avec sangle ou dyneema et pied de biche, à quatre ils parviennent à l’extirper (objectif final). Bon c’est une faille ou diaclase large de 40 cm en moyenne remplie de blocs.  Avec ce courant d’air cela vaut surement le coup d’insister encore pendant quelques séances.

Pour éviter la descente de nuit nous plions bagages vers 16h et passons par la cabane de Couscouiila que je découvre. Nous commençons à penser aux futurs WE dans ce joli coin.

Nous arrivons en moins d’une heure aux voitures. Celles des chasseurs ont disparu. Sur la fin de la piste juste avant le parking du port de Castet Joël perd un enjoliveur ! Bizarre…en fait au parking nous comprenons qu’il vient de crever ! Comme Joël à bien tout prévu (cric, planchette de bois et roue de secours) c’est vite changé, mais Joël sait déjà ce qu’il devra s’offrir pour son Noël ! Pas de chance!

A bientôt Cabane de Couscouilla

Dernier dégroupage au Carrouf et tout le monde rentre vers sa tanière. Bien belle journée de fin décembre….si clément et doux! Pas étonnant que nous nous soyons acharné sur cette désob de surface (et non dans le puit/faille de 5m lui aussi souffleur)!

Alain G.