Monthly Archives: juillet 2015

You are browsing the site archives by month.

Alain et Antoine et Alain le Diamche 19 Juillet  2015.

Après avoir réalisé un peu tardivement que j’étais seul ce week-end et sans obligation, je vais voir mon voisin Alain pour le motiver pour une sortie souterraine improvisée. N’ayant pas eu vent d’une sortie club prévue aujourd’hui, nous nous motivons pour une repérage des grandes salles de la PSM, en vue d’une future traversée. Un coup de fil au gardien des clés (merci a Mickey!) et la sortie est bookée. Il faudra qu’on s’améliore en planning la prochaine fois…

7h30 Départ de Pau. Petits échanges de matériel: Alain me prête sa Scurion et je lui prête ma petzl ultra en réserve car il ne retrouve plus la sienne.

10h00 Départ dans le tunnel EDF, j’ai ouvert la combinaison car on s’attend à transpirer. Mais ouverte un poil trop tôt car après plusieurs semaines dans la chaleur, le choc thermique est rude, surtout avec le courant d’air soufflant (qui au passage diminue une fois passée la branche vers Arphidia).

Dans la Verna, la vision surréaliste d’un cube transparent de 2m de coté en quasi lévitation nous intrigue. Nous en saurons plus au retour…

Mousse de crue (orage dans la nuit)

Mousse de crue (orage dans la nuit)

Nous attaquons rapidement la progression. Le niveau d’eau est très bas mais on peut voir de la mousse de crue toute fraîche dans les blocs 1 à 1.5m au-dessus du niveau d’eau. Les traces des orages de la veille probablement.

Le long du parcours, une autre curiosité: nous sentons une légère mais nette odeur de gasoil dans la salle E Casteret au sommet d’un éboulis. Nous échafaudons des théories fumeuses.

12h00 nous arrivons sous le puits Lepineux.

Antoine au pied de la salle du puits Lepineux

Antoine au pied de la salle du puits Lepineux

Nous n’aurons pas trop perdu de temps a trouver l’itinéraire, sauf a un moment où nous tournons un peu en rond juste après le sommet de l’éboulis de la salle Lépineux.

13h30, nous arrivons a notre objectif, le tunnel du vent qui porte bien son nom.

Le retour se fera sans soucis. L’itinéraire nous semble plus facile à trouver qu’à l’aller, sans doute grâce au placement optimisé de la rubalise notamment dans la première partie jusqu’au puits Lépineux.

 

Antoine a l'aval du tunnel du vent (corde avec mini bouees)

Antoine a l’aval du tunnel du vent (corde avec mini bouees)

Nous repérons les shunts sans les prendre. La seule variante que nous prendrons sera dans la salle Chevalier en suivant de plus près la rivière.16h30, de retour dans la Verna, nous nous rinçons l’oeil avec l’éclairage (Marco est avec un groupe de touristes), d’autant plus qu’il n’y a pas beaucoup d’eau. Nous retrouvons le mystérieux cube, qui se trouve être un drone interactif, et l’artiste en technologies québécois qui l’a conçu et le teste ici en conditions hostiles et ‘primitives’.

17h00 strip tease speleo. Cadeau bonus pour le groupe de touristes qui sort du tunnel: Nous changeons de tenue dans le cabanon avant de rejoindre notre voiture sur le parking en contrebas.

Antoine,

En sortant il fait bien chaud (buée garantie sur les lunettes) mais nous sommes sous une petite couverture nuageuse qui se déchire le temps de descendre à St Engâce. Nous en profitons pour prendre un verre en terrasse (clé remise au café) tout en expliquant l’intérêt karstique du site aux néophytes. A Oloron nous effectuons une courte pause chez Brigitte qui rentre tous juste de randonnée. Voilà Antoine est connu de la trésorière, reste à rencontrer notre président ! Retour sur Pau à l’allure locale (80km/h quelques soit les limitations ;) ) et sommes rendus un peu avant 20h sur les belles allées de nos « sweet home ». Alain

Comme il faisait gris (voir avec un de bruine) ce dimanche 4 juillet 2015, au lieu de me faire un circuit vélo, je suis allé sur Arudy au trou de la piste avec Joel, Jean-Louis, Riki et Paulo (merci à Jean-Louis le chauffeur du jour).

Sur place je me suis aperçu que j’avais oublié  mon baudrier (il continuait à sécher et n’était pas rangé dans mon sherpa).Je ne suis donc pas descendu sous terre mais je continue ce CR d’après les conversations ou commentaires des courageux descendus affronter la fraicheur. Jemeserai contenté d’aidé Jean Louis à déblayer un peu plus l’entrée découverte le Dimanche précédent par Daniel au-dessus du trou de la piste 50m de distance. Finalement mon poste de surface dans la moiteur de la foret était moins préjudicial à ma toux  qui dure et m’a rendu presque aphone cette journée.

Après ouverture Jean-Louis a équipé (planté du mono spit à la mano) et est descendu au fond du P10. Il s’avère assez joli mais pas de suite évidente (juste un petit trou avec un peu de fraicheur). Riki qui nous a rejoint est aussi descendu dedans et est passé dans une lucarne après travail au marteau burin à 3m du fond de puits. Mais ce diverticule méandre n’a rien donné.

Pendant ce temps Joel et Paulo ont été constater le résultat de l’acharnement technique de la semaine dernière au fond du trou de la piste. Un beau bloc a bien été détaché, mais même en le fractionnant au marteau les morceaux ne sont pas passés par le bas dans l’espace ouvert la fois précédente. En effet en plus de ce bloc d’autres morceaux se sont coincé sous le gros.

Pour la prochaine fois il faudrait récupérer une barre à mine pour les dégager en espérant les faire passer par le bas et ainsi ne pas avoir à les remonter vers la niche de stockage. La tête du dernier puit a été aussi refaite. Rapidement. Joel et Paul ont rejoint le groupe du P10 et on aidé au rééquipement de la tête de puit (plus facile avec le perforateur) et Riki pour l’élargissement de la lucarne.

J’ai eu le temps de prendre les azimuts des deux failles en surface du trou de la piste et de son petit frère de la forêt. A 5 degrés prêt c’est du 20 degrés Ouest (azimut 340). Prévoir tout de même la topo du P10 et son pointé GPS avant de le laisser dans l’oubli. A 14h, un peu déçu par la non continuation du P10 et sans barre à mine pour nettoyer facilement le fond du trou de la piste, nous plions les gaules et nous nous restaurons longuement chez Riki. Voilà il y encore un peu d’espoir au fond du trou de la piste.Lorsque le comblement temporaire de fond sera dégagé le courant d’air reprendra!.

Alain.