Monthly Archives: décembre 2013

You are browsing the site archives by month.

Igass eau1_1

Régis, Polo, Daniel et moi sommes allés rendre une petite visite à Igass.

Après la première étroiture, une sympathique baignoire nous attendait !

Après quelques seaux, l’appel du large étant le plus fort, notre courageux Polo se jetait à l’eau.

Non moins courageux, Régis le fougueux,  s’engageait également pour aller vérifier l’état du siphon un peu plus loin.

Les désobstructions précédentes sont réduites à néant, les infiltrations d’eau ont entrainé à nouveau du sable dans le boyau et tout est à refaire !

Cette visite nous permet néanmoins d’agrandir un peu plus un troisième axe en attente,  aux sons du perfo et de la paille chantante.

Voili, voilà,  la prochaine visite se fera sans doute avec mon fidèle compagnon Daniel, afin de vérifier l’efficacité des pailles et de nettoyer tout ça pour avancer encore et toujours.

Pat

Ce Dimanche 22 décembre, deuxième dimanche après l’AG du GSVO nous sommes cinq à nous retrouver au Carrouf pour 10h: Paulo, Joël, Daniel, Régis, Alain. Comme le soleil doit aussi briller au parking d’Anglas (aussi celui des grimpeurs pas nombreux à cette heure) nous allons y préparer nos charges spéléo (sherpa) et prenons le café offert par Régis! Riki et le fiston Joan nous rejoignent rapidement directement au parking.

Birgit et  François se dévouent pour le portage plongée à Maddalen et ne pourront donc pas nous rejoindre. Le ciel est clair et la gelée blanche persiste. Nous voilà partis vers les Jugist’s. Joan traîne les pieds et a froid dans ses bottes. Pas étonnant la boue est encore gelée. Mais à mis parcours de la petite grimpette l’effort et le soleil retrouvé nous ont tous réchauffé . Riki, Daniel vont montrer à Joan les porches de Malarode. Le reste de la troupe poursuit directement vers «Mandela». On s’équipe. Régis plus rapide et motivé descends rapidement reprendre la désob. Je le suis pour aller l’assister. Joel et Paulo nous rejoindrons tranquillement en faisant la topo de ce puits. Notons que la chauve-souris qui était proche de l’entrée le dimanche précédent et s’était réveillé est cette fois bien endormie et suspendue dans un petit balcon un cran plus bas. Je prend aussi le temps d’observer toutes les coulées et diverticules possibles même s’ils ont déjà été inspectés lors des séances précédentes. Pour moi c’est ma première descente dans ce puits.

Bien avant mon arrivé au dernier fractio j’entends déjà le perfo tourner à plein régime. Je pose à peine mes affaires au fond du puits et les trois nouveaux trous autour de la lucarne sont déjà près pour recevoir leur offrande individuelle, offrandes que je tends en bon assistant à Régis. Nous remontons au dessus à l’abri des prophéties de la pythie. Elle a peu parlée: le présage reste décevant et a été étouffé dans la calcite. De plus le courant d’air ne dissipe que très peu les brumes. Nous devons terminer à la pointrolle et à la masse. Régis parviens à passer la tète dans la lucarne: ça n’a pas l’air de continuer en bas ou alors en siphon dans une flaque. Mais il faut passer pour vérifier s’il n’existe pas de suite en plafond. Je reprend les instruments manuels et après décollement supplémentaire de quelques plaques de calcite je peux enfin passer à l’aise. Paulo et Joël sont arrivés pendant ce temps aussi en bas à la lucarne. Le l’autre coté de la lucarne les pieds dans la flaque (bien colmatée sans siphon) je constate que la mini cheminée communiquer avec la fin du puits précédent. Régis passe à son tour et confirme (il reconnaît les concrétions vues par en haut).

Bon on range tout et remontons déçus, dans l’ordre Paulo, Régis, Alain. Joêl déséquipe en défaisant les noeuds en prévision peut être du Jugist à descendre. Dommage il devra replacer provisoirement le fractio du bas. Et oui la boite à forets s’est échappée du kit. Mais cette fois elle ne s’est pas fichée dans une fissure ou méandre inaperçu et souffleur.

 Pendant tout ce temps Daniel Riki Joan sont aller nettoyer les débris au fond de Jugist 3. Et sont revenus nous voir. Il est temps à Riki et Joan de rentrent à la maison.

Déçu de cet arrêt forcé dans «Mandela» je conseille aux autres d’aller voir le fond de Jugist «historique» que seuls François et moi étions aller inspecter dimanche dernier.

Cette fois Joël Régis puis Paulo s’y collent (c’est terreux). Je reste en surface à papoter avec Daniel lorsqu’il ne part pas fouiner. Nous avons aussi la visite de chiens de chasse puis d’un des propriétaires. Nos explorateurs remontent du fond pas totalement déçu et pense qu’il faudrait y revenir tenter d’élargir un début de méandre. Léger courant d’air…

salamandre verte.resizedTriton marbré (Triturus Marmorata)

Mais on me signal la présence d’une salamandre dont la description me semble ne pas correspondre avec celles prises en photos le WE dernier. Je descends prendre la photo interrompant la remontée de Joël (il nous racontera une fois aux voitures une conversion approximative de sa part mais pas de peur). Première fois que j’admire une telle salamandre verte avec une échine à points rouges. Voilà ce dernier passage au Judist «historique» avant la tombée de la nuit nous redonne le moral et un objectif pour…. le jeudi entre les fêtes et peut être d’autre rendez vous du dimanche au carrouf.

Nous voici doté d’un site digne de ce nom grâce aux talents du Maître Ichas !

Bravo, il va falloir désormais en faire des explos, des randos, des gâteaux, des cadeaux…………….oups !,  (pardon,  je me suis laissée emporter par la rime),  afin d’alimenter toutes ces pages vierges.

Au boulot !

Bises à tous et bonnes fêtes.

Pat

Coup de main aux trois plongeurs qui tentent une pointe dans le S3 de Maddalen.

Le plongeur de pointe, Vincent, venu de Bretagne, est équipé de deux recycleurs latéraux afin de mieux passer le terminus constitué d’un laminoir large de 5 x 0.45. Malgré cela, il ne pourra aller plus loin car il est équipé d’une combinaison étanche, trop volumineuse. A cela s’ajoute une visibilité de 1.5m due à de fortes pluies deux jours avant,  ce qui gêne considérablement la « lecture » des passages. Ce n’est pas le jour!

Nous retirons 19 kits du trou, heureusement nous étions nombreux. GSGaves, GSO, GSVO.

Grosse sortie ce dimanche sur les flancs de Malarode.

On ne pense jamais assez à ce que l’on peut générer autour d’une table bien garnie.

fine équipe 2

Surfant sur l’effet AG, nous voilà une bonne bande prête pour l’aventure. Chargés comme des baudets, nous prenons le chemin de Malarode. Air vif, pas léger, les choses se présentent bien (bien quelle ne soit pas là…). Le petit rapaillon calme nos ardeurs mais pas notre détermination. De Dieu, j’avais oublié que j’avais des poumons…

Hyper organisé, un premier groupe composé du Président et du Maître des lieux, alias Joël, se prépare à poursuivre son cheminement victorieux dans les entrailles du trou Mandela. Ne doutant pas de leur succès, ils officient sous les yeux du photographe officiel, Philippe.
Quand, au reste de la bande, laissé à l’abandon, il décide lui aussi de faire de grande chose. Direction « le trou que Daniel a repérer » (notez bien cette phrase car elle risque de revenir souvent sur ce blog). Jugist 3 y s’appelle. GPS en main, nous allons droit devant jusqu’au moment où :

- d’après mon GPS, il est là

- ben on voit rien

- c’est là… y a une balise…

- on voit pas de balise

jugist3_bis

Finalement, Daniel me passe le GPS pour terminer en mode manuel :

-  c’est là!

Effectivement, y a un trou avec du vide dessous. Nous commençons a dégager frénétiquement les contours pour faire apparaître un énorme bloc.

- faut le perfo!

Le perfo étant avec l’équipe 1, nous retournons à l’entrée du Mandela où nous nous installons pour une collation au doux soleil de décembre. On est bien.

Alors que les signes des débuts d’une digestion commencent à se manifester, un bruit sourd nous parvient de l’orifice voisin

- Ah,  ça s’agite en bas.

Un quart d’heure plus tard Philippe s’extirpe du trou pour nous annoncer que ça a moité marché et qu’ils y retournement. Et oui, ce n’est pas avec Patricia que ça arriverait ça…

Un moment plus tard,  re-pet. Pensant qu’ils allaient se taper de la première et, pour ne pas perdre de temps, il est décidé qu’Alain et moi irions jeter un oeil à Jugist 4 (celui qui est connu de longue date) car, d’après Besson, c’est à revoir. Patricia et Daniel attendent les désobeurs pour les guider vers le Jugist 3.

De notre coté, descente sans problème sur un super équipement super bien équipé. Au fond, arrêt sur un joint surcreusé qu’il faudrait surcreuser encore un peu. On voit la suite sur 4 mètres facile. Le trou aspire.

Entre temps, Paulo et Joël font surface et tout le monde se rabat sur Jugist 3 sauf Patricia qui a une perm qui expire à 17h30.

Après les choses sont rondement menées, bien que nous notons quelques résistances de la part du dolmen qui barre le passage.
Au final, nous faisons 3,47 m de première. Pas de suite apparente. Il faut dire qu’avec le tas de cailloux que nous avons descendu, on n’y voit plus très clair…

Le jour commence à baisser, il est temps de quitter les lieux, mais il est convenu de revenir la semaine prochaine.

 

François I.

C’est ici que les explorateurs en tous genres sont priés de déposer leurs hauts (bas plutôt…) faits, merci.

A l’occasion de l’assemblée générale du vendredi 20 décembre 2013, il a été décidé de doter le GSVO d’un site digne du club. Ce site aura pour vocation  de servir de vitrine et de contribuer à une meilleure cohésion entre les membres du club par le biais d’un espace blog.

Il a été proposé et adopté que chaque premier dimanche du mois, une sortie du club aura lieu. Qu’on se le dise!